- Belung Magazine
Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation. En utilisant ce site, vous acceptez leur utilisation OK, I agree No, give me more info

Éclaircir le mystère de la PID me passionne

Professeur Wim Wuyts
Temps de lecture: 3 min

Le Prof. belge Wim Wuyts a effectué une partie de sa formation en pneumologie au Royal Brompton Hospital de Londres (Royaume-Uni), où il s'est laissé captiver par le mystère de la pneumopathie interstitielle diffuse (PID ). Il est aujourd'hui responsable du service de PID de l'hôpital universitaire de Louvain. Sa mission consiste à sensibiliser à la PID et à identifier les patients souffrant de PID à un stade plus précoce. « J'ai le sentiment que nous sommes aux prémices d'une révolution dans le traitement de la PID . »

Passionné

« Je suis passionné par la PID  », déclare le Prof. dr. Wuyts, « en partie suite aux incroyables développements dans ce domaine. » Le Prof. dr. Wuyts a commencé à travailler sur la PID il y a dix ans, alors que cette maladie était encore très peu connue. « À l'époque, il était très difficile de distinguer les différentes pathologies qui entrent dans la « PID  ». Tous les patients souffrant de PID recevaient le même traitement et bon nombre d'entre eux voyaient leur état de santé se dégrader très rapidement. J'ai eu la chance d'effectuer une partie de ma formation au Royal Brompton Hospital de Londres, en parallèle à mes études à l'Hôpital universitaire de Louvain, où j'ai été initié au mystère de la différenciation entre ces deux cents pathologies différentes. » Dans les années qui ont suivi, le processus de diagnostic de la PID s'est amélioré, pour le plus grand plaisir du Prof. dr. Wuyts. « C'est une véritable révolution de voir à quel point nous pouvons aujourd'hui mieux traiter les patients atteints de FPI et qu'ils parviennent à conserver une qualité de vie raisonnablement bonne, bien plus longtemps qu'il y a dix ans. »

wuys_quote_new.png
C'est une véritable révolution de voir à quel point nous pouvons aujourd'hui mieux traiter les patients atteints de FPI et qu'ils parviennent à conserver une qualité de vie raisonnablement bonne

Une plus grande sensibilisation

Selon le Prof. dr. Wuyts, l'un des principaux problèmes avec la PID est qu'elle ne signifie pas grand chose pour les patients lorsqu'ils entendent le diagnostic. Les gens ont peur du cancer du poumon et sont souvent soulagés en entendant qu'aucun cancer ne leur est diagnostiqué. « Mais ils ne réalisent pas qu'ils souffrent d'une maladie qui peut être tout aussi agressive que le cancer du poumon », explique le Prof. dr. Wuyts. « Par conséquent, les patients ne comprennent pas réellement ce qu'implique la maladie. » Cette incertitude engendre de la peur et, selon le Prof. dr. Wuyts, c'est l'une des raisons pour lesquelles une plus grande sensibilisation doit être créée autour de la PID . « Nous nous efforçons de transformer la conception de la fibrose pulmonaire en tant que maladie inconnue en la notion d'une maladie grave pour laquelle de plus en plus de possibilités de traitement voient le jour. » 

Nous devons également sensibiliser davantage le secteur médical à la PID

Mais il n'y a pas que les patients qui doivent être mieux informés, ajoute le Prof. dr. Wuyts. « Nous devons également sensibiliser davantage le secteur médical à la PID . Lorsqu'un médecin généraliste entend par exemple de légers râles crépitants des deux côtés lors de l'auscultation des poumons, et que la congestion et l'infection cardiaques sont écartées, il doit penser à une forme de fibrose pulmonaire. Tous les types de médecins doivent savoir que la PID est un état grave qui nécessite la réalisation d'examens plus approfondis par un pneumologue. » Selon le Prof. dr. Wuyts, l'identification précoce des patients atteints de PID est essentielle pour le traitement. « Et cela n'est possible que si une plus grande population est davantage sensibilisée à la PID . Lorsque quelqu'un manque de souffle sans explication adéquate ou souffre d'une toux sèche sans explication, il doit systématiquement être référé à un pneumologue afin d'écarter la fibrose pulmonaire. »

Nouvelles options thérapeutiques

Avant l'apparition d'options thérapeutiques, les personnes souffrant d'une maladie comme la FPI étaient supposées avoir trois à cinq ans à vivre après le diagnostic. Le Prof. dr. Wuyts salue la commercialisation de deux nouveaux médicaments pour la FPI capables de stabiliser voire de ralentir la maladie. « Disposer de deux médications est un avantage, car si l'une se révèle moins active à un certain stade, vous pouvez toujours essayer de passer à la deuxième. » Un autre développement positif est la possibilité d'un traitement symptomatique. « En 2017, aucun patient souffrant de FPI ne devrait avoir à vivre avec un sentiment de suffocation », ajoute le Prof. dr. Wuyts. « Il existe des médicaments capables de supprimer la sensation de souffle court et il est possible de tenter de contrôler les symptômes en administrant de l'oxygène supplémentaire. » En définitive, le Prof. dr. Wuyts semble avoir une approche positive sur les développements que connaît le domaine de la PID . « C'est passionnant de pouvoir proposer aujourd'hui de véritables traitements aux patients et j'ai le sentiment que nous sommes aux prémices d'une révolution dans le traitement de la PID . »


disclaimer
BE/OFE-171214a 09/2017