- Belung Magazine
Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation. En utilisant ce site, vous acceptez leur utilisation OK, I agree No, give me more info

Un besoin urgent d'action pour prévenir les PID causés par les moteurs marins

De grands bateaux majestueux naviguent le long de la côte : il s'agit certes d'un beau spectacle pour vos yeux, mais beaucoup moins pour vos poumons qui risquent d'en souffrir. Les émissions des moteurs de bateau déclenchent des processus inflammatoires qui influent sur le développement des pneumopathies interstitielles diffuses (PID), raison pour laquelle les scientifiques réclament l'application de mesures efficaces de réduction des particules sur ces bateaux.

Les macrophages sont connus comme des phagocytes du système immunitaire et répondent avec plus de sensibilité à la matière particulaire présente dans les poumons que les cellules épithéliales pulmonaires

Des scientifiques finlandais, allemands et luxembourgeois ont publié un article dans la revue Plus One qui montre que les émissions des bateaux sont nocives pour les habitants des régions côtières. Les macrophages ont un rôle important à jouer dans ce mécanisme. Sean Sapcariu, premier auteur de l'étude et doctorant à l'Université du Luxembourg, explique : « Les macrophages sont connus comme des phagocytes du système immunitaire et répondent avec plus de sensibilité à la matière particulaire présente dans les poumons que les cellules épithéliales pulmonaires, du fait qu'ils représentent la « première ligne de défense » contre les envahisseurs étrangers aux poumons, comme les germes ou les particules de poussière fine. »

ship_visual_belung.png

Les chercheurs ont découvert que les particules émises par le mazout lourd et les gaz d'échappement diesel (deux des principaux carburants utilisés dans les moteurs marins) avaient les mêmes effets hautement toxiques sur les macrophages. Chose étonnante, les effets toxiques entraînant la mort cellulaire sont légèrement plus faibles dans les émissions de mazout lourd, bien que les concentrations de polluants toxiques connus soient considérablement plus élevées dans les émissions de pétrole lourd. Cela signifie que l'interdiction du mazout lourd utilisé dans la navigation côtière, actuellement propagée et déjà partiellement appliquée, est probablement moins bénéfique qu'attendu dans la protection de la santé des habitants des régions côtières. Selon M. Sapcariu, le moyen le plus simple et le plus sûr d'atténuer les effets néfastes pour la santé des émissions de moteurs de bateau consisterait à introduire des mesures efficaces de réduction des particules, comme des épurateurs de gaz d'échappement et des filtres à particules. 

Cela précipiterait les particules fines nocives provenant des émissions, réduisant ainsi les effets néfastes pour la santé, quel que soit le carburant utilisé. De telles mesures n'étant généralement pas prises de manière volontaire, nous estimons qu'il y a un besoin urgent d'action de la part des décideurs politiques gouvernementaux et des autorités de règlementation nationales et européennes.

Références:
Sean C. Sapcariu et al. Metabolic Profiling as Well as Stable Isotope Assisted Metabolic and Proteomic Analysis of RAW 264.7 Macrophages Exposed to Ship Engine Aerosol Emissions: Different Effects of Heavy Fuel Oil and Refined Diesel Fuel. PLOS ONE, 2016; 11 (6): e0157964 DOI: 10.1371/journal.pone.0157964

Science Daily


disclaimer
BE/OFE-171214a 09/2017