- Belung Magazine
Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation. En utilisant ce site, vous acceptez leur utilisation OK, I agree No, give me more info

« Un poumon sur puce » : la solution pour tester les médicaments destinés au poumon?

Nous dépendons de l'oxygène pour profiter d'une bonne qualité de vie. Mais qu'en est-il si vos poumons sont tellement endommagés que vous ne pouvez marcher que quelques mètres avant de devoir vous arrêter pour reprendre votre souffle ? Le simple fait d'y penser est déjà épuisant. Les scientifiques de trois universités néerlandaises espèrent à l'avenir tester des médicaments sur une puce, en recherchant la possibilité de créer des tissus pulmonaires à l'intérieur d'un minuscule dispositif synthétique. Ce concept à l'allure futuriste pourrait représenter une solution pour la réparation des poumons endommagés.

En faisant grandir des cellules pulmonaires à l'intérieur d'une puce, vous avez un petit morceau de tissu vivant à disposition

Une puce fait généralement référence aux ordinateurs, mais elle peut s'avérer bien plus utile qu'à simplement lire vos e-mails ou votre magazine BELUNG. Elle peut également jouer un rôle très important dans des recherches médicales, selon l'un des scientifiques néerlandais, Andre Poot : « En faisant grandir des cellules pulmonaires à l'intérieur d'une puce, vous avez un petit morceau de tissu vivant à disposition. Un jour, cela pourrait permettre de tester des médicaments destinés à réparer les poumons endommagés. »

lung_on_chip_visual_belung.jpg

Ce dispositif de 10 cm de long a déjà été utilisé dans le passé pour étudier la fonction pulmonaire, la puce faisant office de sac d'air qui utilise du dioxyde de carbone à la place de l'oxygène. Cependant, ces dispositifs étaient inappropriés pour imiter anatomiquement parlant un sac d'air, une grande quantité de tissu plat ayant été appliquée sur la puce. Pour reproduire fidèlement une cellule pulmonaire, le Dr. Poot et ses collègues ont conçu des cellules dotées d'une membrane globulaire, comme les vrais sacs d'air, permettant ainsi aux scientifiques d'étudier encore mieux les processus pulmonaires. 

Le concept de « poumon sur puce » est destiné à tester de nouveaux médicaments. En étudiant l'activité des cellules pulmonaires à l'intérieur du dispositif minuscule soumis à l'administration de médicaments, les chercheurs espèrent pouvoir déterminer la réaction des alvéoles humaines face à de nouveaux médicaments destinés à réparer la dégradation pulmonaire.

Les chercheurs aspirent à créer un « poumon sur puce » dans les quatre prochaines années. Les premières étapes ont déjà été franchies, explique le Dr. Poot. « Les cellules pulmonaires doivent d'abord se développer in vitro. Ensuite seulement nous pouvons utiliser les alvéoles dans une puce. » Le Dr. Poot et ses collègues espèrent développer un dispositif simple mais personnalisé pour chaque patient souffrant de problèmes pulmonaires dans le futur. 

De cette façon, en utilisant les propres cellules d'un patient sur une puce, vous pouvez prédire plus précisément toutes les réactions des nouveaux médicaments, sans avoir à administrer immédiatement les médicaments dans le corps des patients

Référence:
Het Longfonds, une organisation néerlandaise dédiée aux états pulmonaires.
https://www.longfonds.nl/lopende-onderzoeken/long-op-een-chip


disclaimer
BE/OFE-171214a 09/2017