- Belung Magazine
Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation. En utilisant ce site, vous acceptez leur utilisation OK, I agree No, give me more info

Tous les pays devraient disposer d'un centre de référence pour la PID

Professeur Demosthenes Bouros
Temps de lecture: 3 min

Le professeur grec Demosthenes Bouros (MS, PhD, FERS, FAPSR et FCC) a dédié une grande partie de sa vie professionnelle au traitement et à la recherche sur les pneumopathies interstitielles diffuses (PID ). Il a été un témoin direct de la multiplication des informations devenues disponibles sur cette maladie et de l'émergence de la première médication pour la fibrose pulmonaire idiopathique. Selon le Pr. Bouros, « une collaboration internationale et des équipes pluridisciplinaires sont indispensables dans chaque centre de référence de la PID . »

Avec une maladie rare comme la PID, cela prend du temps avant qu'un professionnel ne parvienne à diagnostiquer et traiter les patients souffrant de cette maladie. 

Une maladie difficile

En tant que chef d'une unité consacrée aux maladies pulmonaires interstitielles de l'Université d'Athènes (Grèce), le Pr. Bouros voit plus d'une centaine de patients souffrant de PID chaque année. « Je travaille dans un centre de référence spécialisé dans la PID », explique le Pr. Bouros, qui est également rattaché à l'hôpital Sotiria, un hôpital général pour les maladies de la poitrine. Le Pr. Bouros travaille sur les PID depuis près de quarante ans et a écrit de nombreuses publications scientifiques sur le sujet. « Les PID sont les sujets les plus difficiles de la pneumologie », déclare le Pr. Bouros, « comme de la médecine en général d'ailleurs. Il existe près de cinq cents maladies différentes pouvant être classées comme PID. Par conséquent, un grand nombre de médecins n'ont probablement jamais entendu parler de la majorité de ces maladies et ne les ont probablement jamais rencontrées au cours de leur formation médicale. Avec une maladie rare comme la PID, cela prend du temps avant qu'un professionnel ne parvienne à diagnostiquer et traiter les patients souffrant de cette maladie. » 

De nouveaux critères

Les PID étant des maladies rares, le Pr. Bouros est d'avis qu'il serait judicieux de sensibiliser davantage la population aux PID. « Je pense que cela s'impose aussi bien dans le monde médical qu'auprès du public général. » Selon le Pr. Bouros, les associations de patients et les sociétés médicales peuvent y jouer un rôle majeur. « Prenez par exemple les conférences portant sur les maladies rares », ajoute le Pr. Bouros. « Elles peuvent sensibiliser les médecins généralistes et les pneumologues aux questions liées aux PID. » Bien qu'une plus grande sensibilisation soit nécessaire, le Pr. Bouros salue le fait qu'aujourd'hui, de plus en plus de médecins connaissent ces maladies. « Dans le passé, toute forme de fibrose pulmonaire était considérée comme une fibrose pulmonaire idiopathique (FPI) », explique le Pr. Bouros. « Mais cela est en train de changer. » Le pneumologue grec travaille actuellement au sein d'un comité d'experts (ATS/ERS/JRS/ALAT) en vue de publier une déclaration sur les nouveaux critères de diagnostic de la FPI. « Année après année, la recherche intensive entraîne une meilleure compréhension et gestion des nombreuses PID, en particulier de la FPI », affirme le Pr. Bouros. « Ces éléments permettent d'être plus précis dans le processus de diagnostic. »

bouros_quote_new.png
Je pense que la coopération internationale et les registres nationaux et internationaux sont très importants pour les PID

Collaboration

Le Pr. Bouros est un adepte du travail collaboratif sur la PID avec des universités du monde entier. « Je pense que la coopération internationale et les registres nationaux et internationaux sont très importants pour les PID. L'un des sujets que nous étudions actuellement de cette façon est la possibilité de traiter la fibrose pulmonaire par des cellules souches. Nous menons également d'importantes recherches génétiques pour explorer les gênes impliqués dans les PID. » Le Pr. Bouros insiste sur l'importance d'avoir des centres de référence pour les PID dans tous les pays. Cela facilite la collaboration internationale dans le domaine de la recherche et s'avère également bénéfique pour le traitement des patients. « Chaque médecin devrait savoir où il peut consulter un spécialiste à qui il peut référer un patient pour une maladie difficile comme les PID », ajoute le Pr. Bouros. « La plupart des cas de PID sont complexes, d'où la nécessité de mettre en place des équipes pluridisciplinaires dans les centres de référence qui possèdent l'expertise et les connaissances nécessaires pour aborder cette maladie dévastatrice. »


disclaimer
BE/OFE-171214a 09/2017